Bluetooth et Wi-Fi : quelle est la différence ?

Bluetooth et Wi-Fi : quelle est la différence ?

Le terme « sans fil » est utilisé depuis plus d’un siècle. Il a d’abord fait référence à la communication sans fil télégraphique et a été adopté comme terme pour ce qui est plus communément connu aujourd’hui sous le nom de radio.

Edward C. Hubert a souligné que les deux sont synonymes dans « Radio vs. Wireless » en 1925 :

« Le sans-fil signifie la communication sans l’utilisation de fils autres que l’antenne ; l’éther et le sol prenant la place des fils. La radio signifie exactement la même chose : c’est le même processus ».

Aujourd’hui, lorsque nous entendons « sans fil », nous n’imaginons probablement pas une radio. Cependant, les ondes radio sont toujours la clé du fonctionnement de Bluetooth et du Wi-Fi, permettant à vos appareils de se connecter entre eux ou à l’internet.

La naissance du Bluetooth

Une chose intéressante à propos du nom « Bluetooth » est qu’il est bien plus ancien que la technologie sans fil. L’entreprise à l’origine de ce nom a expliqué que c’était le surnom du roi Harald « Bluetooth » Gormsson qui a uni le Danemark et la Norvège en 958 qui mettait en valeur la couleur de sa dent morte.

En 1996, Jim Kardach d’Intel a suggéré ce nom pour faire référence au concept d’unification : « Le roi Harald Bluetooth… était célèbre pour avoir unifié la Scandinavie, tout comme nous avions l’intention d’unir les industries des PC et des téléphones portables par une liaison sans fil à courte portée. » Bien qu’il ne s’agissait pas de la version définitive du nom, il a fini par être retenu.

Parmi les noms qu’ils envisageaient, il y avait des variantes de PAN pour réseau personnel. La personne qui s’y trouve fait référence à la distance avec la portée d’une personne. C’est pourquoi le signal ne dépasse généralement pas 30 pieds.

La distance entre les appareils Bluetooth est souvent beaucoup plus faible, comme dans le cas de l’utilisation d’un clavier sans fil à quelques mètres de votre ordinateur ou d’un casque sans fil à proximité de votre téléphone. Pour le dire en termes techniques :

« Bluetooth fonctionne dans la gamme 2400-2483,5 MHz dans la bande de fréquence ISM 2,4 GHz. Les données sont divisées en paquets et échangées par l’un des 79 canaux Bluetooth désignés (dont chacun a une largeur de bande de 1 MHz) ».

La version BLE

Comme toute technologie, le Bluetooth n’est pas resté statique. La forme originale que certains peuvent appeler Bluetooth classic a été réinventée plus d’une fois, notamment en 2011 avec la sortie de la version 4.0, appelée Bluetooth Low Energy (BLE), ce qui a conduit certains à appeler l’autre version Bluetooth Classic (BC).

Le BLE permet de réduire la consommation d’énergie en restant en mode veille jusqu’à ce qu’il soit activé par une connexion. La quantité d’énergie ainsi économisée est assez impressionnante.

Selon The Droids on Droids, un blog Android, il peut atteindre « jusqu’à 100x moins de consommation d’énergie » que son homologue classique. En effet, là où le BC consomme un watt complet, le BLE ne consomme que 0,1-0,5 watt d’énergie.

Bluetooth et Wi-Fi : quelle est la différence ?

Le blog explique son fonctionnement :

« Les données sont envoyées dans de petits paquets (20 octets), mais la portée peut même dépasser 100 mètres et le temps de latence minimum entre l’état non connecté et le transfert de données peut être compté en quelques millisecondes, alors que dans le BT Classic, il est d’environ 100 ms ».

Par conséquent, tout ce qu’il faut pour alimenter les appareils BLE de base est une très petite batterie. Selon le blog, une petite pile à pièces de 1 000 mAh peut l’alimenter pendant deux ans.

Pourquoi le Bluetooth Classic est toujours en demande

Vu l’efficacité impressionnante du BLE, on peut penser qu’il a complètement supplanté la version classique. Mais ce n’est pas le cas, car la version à faible consommation d’énergie n’est pas à la hauteur de la transmission ininterrompue que nous attendons de nos ordinateurs et smartphones.

Les gens sont prêts à sacrifier l’énergie de la batterie pour « un transfert de données bidirectionnel continu avec un débit d’application élevé (jusqu’à 2,1 Mbps) », explique le blog. C’est pourquoi le Bluetooth qui permet « la transmission audio et vidéo en continu, ou les souris et autres appareils qui ont besoin d’une liaison continue à large bande » est la version classique.

Du PAN au LAN avec le Wi-Fi

Comme le Bluetooth, le Wi-Fi fonctionne sur une fréquence radio. Mais il ne se limite pas aux courtes distances et aux charges de données du PAN ; il permet le LAN (réseau local). Dans ce réseau, les appareils compatibles Wi-Fi peuvent se connecter tant qu’ils sont à portée du signal, qui peut aller jusqu’à 300 pieds.

Wi-Fi est un nom de marque utilisé pour désigner les appareils qui utilisent les normes IEEE 802.11. Les fabricants de produits doivent effectuer des tests de certification de l’interopérabilité Wi-Fi, tels qu’ils sont menés par la Wi-Fi Alliance, afin d’étiqueter les appareils comme étant des appareils Wi-Fi.

Introduit pour la première fois en 1994, le Wi-Fi peut fonctionner à 2,4, 3,6 et 5 GHz avec une bande passante de 11 Mbps et une latence de 150 ms. Le Wi-Fi typique est utilisé pour permettre l’accès à l’internet, de sorte qu’une maison, un bureau, une bibliothèque ou un hôtel peut avoir plusieurs appareils qui captent le service sans être branchés.

C’est cette forme de connexion qui rend possible l’Internet des objets (IoT), pour disposer de maisons, d’appareils et de dispositifs intelligents accessibles sur l’internet depuis n’importe quel endroit. L’inconvénient est qu’elle peut également créer un point de vulnérabilité qui conduit au phénomène de piratage d’un aquarium ou autre. (Lire aussi : 6 mythes sur le piratage informatique qui peuvent vous surprendre).

Wi-Fi Direct : Comme Bluetooth mais différent

Malgré son association avec la connexion en ligne, le Wi-Fi peut maintenant être utilisé pour connecter des appareils directement à chacun d’entre eux grâce à ce que l’on appelle le Wi-Fi direct, qui est plus comparable au Bluetooth en termes de fonctionnalité que le Wi-Fi standard.

Comme l’explique le site officiel :

Les appareils Wi-Fi Direct peuvent se connecter n’importe où, n’importe quand – même lorsqu’il n’y a pas d’accès à un réseau Wi-Fi à proximité. Les appareils Wi-Fi Direct émettent un signal vers d’autres appareils dans la région, leur faisant savoir qu’une connexion peut être établie. Les utilisateurs peuvent voir les appareils disponibles et demander une connexion ou peuvent recevoir une invitation à se connecter à un autre appareil. Lorsque deux ou plusieurs appareils certifiés Wi-Fi Direct se connectent directement, ils forment un groupe Wi-Fi Direct en utilisant Wi-Fi Protected Setup™.

Les connexions Wi-Fi directes sont plus rapides que les connexions Wi-Fi réalisées sur Internet car elles n’impliquent qu’un seul saut, au lieu de deux – un vers le routeur et un autre vers l’appareil prévu. C’est comme si vous preniez un vol direct sans avoir à faire un saut jusqu’au hub de la compagnie aérienne pour ensuite redescendre à votre destination.

Bien que cela ressemble à la fonction de Bluetooth, la différence est que vous obtenez une vitesse beaucoup plus rapide avec le Wi-Fi direct. Bluetooth ne peut pas accepter plus de 50 Mbits/s, et le Wi-Fi direct peut atteindre des vitesses de 2Gbits/s. C’est le type de vitesse dont vous avez besoin pour profiter pleinement des jeux vidéo, des téléviseurs intelligents, des images et vidéos haute résolution et de la musique plus riche.

Mais des vitesses plus rapides ont un coût, et pour le Wi-Fi direct, cela signifie une consommation d’énergie beaucoup plus importante – jusqu’à 20 watts, contre 0,01 watt pour le BLE. C’est un aspect à prendre en compte lorsqu’il s’agit de limiter la puissance des batteries des appareils mobiles.

La réponse : Tout ce qui précède

Les différentes formes de Bluetooth et de Wi-Fi ne sont pas mutuellement exclusives. La plupart d’entre nous les utilisent toutes.

Les différentes formes de connectivité coexistent dans nos bureaux, nos voitures, nos maisons et nos bibliothèques. Elles contribuent à fournir le type de connexion dont nous avons besoin avec la portée et le niveau de puissance requis pour rendre nos interfaces transparentes lorsque nous passons de nos ordinateurs à nos smartphones, tablettes et appareils intelligents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *